OPUS OPES OPUM
 
         
       

Les Templiers

Concertée par le roi Philippe IV le Bel et ses agents, la destruction de l’Ordre du Temple dont Jacques de Molay est le vingt-deuxième grand maître, débute le 13 octobre 1307 par l’arrestation à la même heure et dans toute la France de l’ensemble des Templiers.

S’assurant habilement le soutien de l’opinion publique, le roi de France calme également les scrupules du pape   Clément V, qui prononce l’abolition de l’Ordre lors du concile de Vienne, en 1312.

Le 18 (ou 11) mars 1314, des cardinaux entourés du légat du pape le cardinal d'Albano, faisaient amener les accusés sur le parvis de Notre-Dame de Paris pour leur signifier publiquement la sentence définitive qu'ils avaient décidé de prendre à leur encontre. Les templiers furent installés sur une estrade et dans un silence impressionnant, la décision tomba : ils étaient condamnés à la prison perpétuelle et sévère !

Comprenant la situation, Molay, le dernier maître du Temple, se révolta. Malgré plus de six longues années de détention, il trouva suffisamment de force pour s'insurger contre l'hypocrisie de Philippe IV le Bel et du pape Clément V. Il confessa son erreur de jugement, sa tactique de défense et dénonça les tourments qu'il avait enduré.

Encouragé par les paroles du maître, Geoffroy de Charnay protesta également. En revenant sur leurs aveux, ces deux dignitaires connaissaient le sort réservé aux relaps : le bûcher.

Lorsque Jacques de Molay nie publiquement ses prétendus aveux le 18 mars 1314, il est jeté au bûcher, sur lequel il aurait maudit le pape ainsi que les rois de France jusqu’à la treizième génération.

Que la malédiction perdure !

  Accueil
  Da Vinci Code
  Judas
  La chandeleur
  Les cloches
  La croix
  Noël
  Pâques
  La saint Jean
  Les saints de glace
  La toussaint
  L'épiphanie
  Le gui      

Les Templiers
           
à suivre...